Blessés 1914/1918

Ce sont des hommes, des femmes ou des  enfants, militaires ou civils, ils sont porteurs d’une  blessure légère ou grave, souhaité ou non. 40% des soldats ont été blessés une fois durant le conflit, d’autres deux ou plus.

Les causes des blessures sont :

60 % par éclats d’obus, 34% par balle, 2,1% par grenades, 1 % par éboulement de tranchée, 3 % pour les autres causes (armes, blanches, liquides enflammés…)

La France devient un immense hôpital.

Le bilan est de plus de 3 millions de blessés, plus d’un million de personnes ont eut droit à une pension d’invalidité. On compte environ 100 000 mutilés ou amputés, 42 000 aveugles ou borgnes, 15 000 gueules cassés.

Les traumatismes psychologiques furent nombreux, mal  répertoriés et non indemnisés.

Une blessure légère peut être souhaitée par les combattants, pour ne plus être en  première ligne.Parfois elle était recherchée, la mutilation volontaire était sévèrement punie, sanction pouvant aller jusqu’à la peine de mort.

Le parcours du blessé dépend de la gravité de son état.Brancardiers

Mais une fois guérit ou stabilisé d’autres démarches l’attende, évaluation du handicap, fixation de la pension, réinsertion familiale, au sein de la société, professionnelle, demande de la carte de combattant…

De nombreuses œuvres (dont la Croix Rouge) ont permis d’apporter  aux blessés un soutien moral, financier et logistique.

Le dispositif législatif ayant trait aux droits des mutilés  (pensions, droits aux soins médicaux, à l’appareillage, les emplois réservés…) est mis en place entre 1916 et 1924.

insigne blessésL’insigne des blessés militaires est une décoration militaire française, Elle n’a pas de rang officiellement défini parmi les décorations militaires françaises.

Peu sont rentrés indemnes, la tête pleine d’images de guerre. Ce ne sont plus les mêmes, la société a changé, ils ont du mal a retrouvé leurs places. Ce mal être est la cause de conduites addictives ( alcool…), suicidaires. On enregistre une augmentation des cas de folies, de violences conjugales, ou faite aux enfants.

http://fr.wikipedia.org/

Advertisements

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. A la lecture de votre billet, je pense immédiatement à l’excellent bouquin de Marc Dugain « La chambre des officiers ». A lire pour celles et ceux que le sujet intéresse.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s