Invalides de guerre 1914/1918

Ce sont des militaires dont  les blessures les rendent incapable de servir.

Cette guerre est particulièrement violente, les troupes subissent des dommages considérables : de nombreux morts, des blessés dont les lésions s’aggravent, victimes de séquelles importantes.

Les chiffres divergent parfois mais on compte environ : 600 000 invalides, 300 000 mutilés, 15 000 gueules cassées, 42 000 aveugles et « 100 000 soldats de la honte « marqués psychologiquement.  Source BNF .fr.gueules cassées amputé jambe

Ils font l’objet de soins, des centres spéciaux sont crées, les médecins expérimentent de nouveaux traitements (la physiothérapie, l’hydrothérapie, la radiothérapie mais aussi de nouvelles prothèses. Des centres de rééducation sont ouverts pour réinsérer les blessés dans la vie professionnelle.

Dès 1916, une loi instituait, au profit des anciens militaires réformés pour infirmités contractées pendant la guerre, des     « emplois réservés » dans les administrations.

La loi du 2 janvier 1918, instituant l’Office national des mutilés et réformés de guerre, permet de subventionner des écoles où ils sont rééduqués.

La loi du 31 mars 1919 qui créée le « droit à réparation »

La loi du 31 mars 1919 leur accorde une pension d’invalidité et la gratuité des actes de rééducation . Les amputés y sont appareillés.

La loi du 31 mars 1919 propose également un traitement social de la condition des mutilés, en leur octroyant une allocation compensant leur manque de rendement pendant la réinsertion, leur assurant ainsi un salaire complet. ( ecpad.fr).

Soins L’invalidité correspond aux dommages physiques. On trouve ici, les soldats gazés, les gueules cassées, les mutilés, les blessés, etc…. Ceux-ci ont droit à des soins gratuits. Leurs dossiers sont instruits en « commission d’appareillage » pour qu’une prothèse ou des soins particuliers soient intégralement remboursés (ex : cures, carnet de soins gratuits).

Emplois réservés En 1923, les parlementaires français adoptent une loi réservant des emplois aux victimes de guerre dans les administrations et les établissements publics.

En 1924 attribution de bureau de tabac, de jardins ouvriers.

En 1930 création d’une tombola au profit des associations, en 1933 nait la loterie nationale

Evaluation de l’invalidité : 10 à 20% pour la perte de dents, des raideurs articulaires, 65 à 100 % pour la perte d’un membre, d’un œil, de la vue, une tuberculose…

Pension d’invalidité Les taux sont cumulables et révisables. L’échelle est très large, elle est revalorisée.

Carte d’invalidité Elles sont attribuées pour 5 ans. Ils ont droit à des avantages : tarif réduit dans les trains, les transports aériens et maritimes et routiers, places réservés dans les transports en commun,

Associations Création d’un journal des mutilés, d’un office national avec des comités départementaux, d’une fédération nationale des plus grands invalides de guerre, de diverses associations…

Le retour à la vie civile a été difficile, car avec un handicap ,la réinsertion familiale et professionnelle est problématique. Ils doivent affronter le regard des autres, se battre pour faire reconnaître leurs droits, surmonter les séquelles physique et psychologiques. La France a changé, eux aussi.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s