J.M.O 1914/1918

Les journaux des marches et des opérations étaient des registres rapportant dans le détail la vie du régiment et de ses hommes.

L’instruction pour la rédaction des historiques des corps de troupe  établis régit leur rédaction. A consulter sur http://gallica.bnf.

Les JMO doivent comporter la dénomination du régiment ou du bataillon, la date ainsi que :

l’effectif au jour du départ, la composition du corps, le tableau nominatif des officiers, le chiffre des sous officiers et hommes de troupe, le nombre des chevaux.

–  La mise en route sa date et le point de concentration sur lequel le corps est dirigé, le moyen de locomotion et  la date d’arrivée ainsi que l’indication du corps d’armée, de la division et de la brigade dont le corps fait partie.

– La rédaction de l’historique, récit fidèle, jour par jour des faits depuis la mise en route jusqu’à la fin des opérations.

Camps ou cantonnements son emplacement.

Reconnaissance leur force et leur composition, le but et le résultat.

Combats. Position du corps avant l’action, heure du commencement de l’action, heure et position à la fin du combat. Réalisation de travaux : tranchées, fermes ou villages en état de défense servant de point d’appui.

Pertes indiquer très clairement les pertes : tués, blessés, prisonniers ou disparus, désignés nominativement et au fur et à mesure qu’elles se produisent.

Récompenses les promotions, décorations et citations à l’ordre de l’armée seront mentionnés.

Actions d’éclat elles seront mentionnées dans tous leurs détails afin de pouvoir être citées comme exemple à suivre.

Situations. Après une affaire sérieuse où le corps aura éprouvé des pertes sensibles, il y aura lieu d’établir un nouveau tableau de composition mentionnant l’effectif restant (officiers, sous officiers, troupe).

Observations générales les appréciations de personnes devront être scrupuleuses évitées. Les ordres reçus ne seront l’objet d’aucun commentaire. Inscrire la date chaque jour. Si des prisonniers à l’ennemi sont faits on en indiquera le nombre si possible pour les officiers le nom et le grade.

Les officiers généraux pourvus d’un commandement soit en campagne soit pendant les grandes manoeuvres veilleront à ce que soit tenu à leur état major un registre équivalent.

Mais on peut trouver au fil des pages des cartes, des croquis, des plans….

Les J M O  étaient tenus par des hommes sur le terrain dans des conditions difficiles ce qui peut expliquer parfois le manque de rigueur par rapport au règlement.

La dénomination de l’ennemi peut surprendre (Boches) mais c’est celle employée à  l’époque.

Les JMO sont consultables sur le site du ministère de la défense  Mémoire des Hommes (gratuit).Ils sont conservés au Service Historique de la Défense (SHD)  de Vincennes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s