Wagons 1914/1918

Août 1914 le ministère de la guerre  sur simple avis réquisitionne le matériel. L’autorité militaire prend le contrôle du réseau ferré pendant la durée du conflit.L’intérêt est stratégique et logistique. Les chemins de fer jouent un rôle central dans la mobilisation d’août 1914.

wagon départLes transports de troupe se sont déroulés en trois temps. Dès le 31 juillet des transports de couverture acheminent des soldats d’active près du front, le 2 août les transports de mobilisation permettent aux conscrits de rejoindre leur garnison, le trafic régulier est suspendu. A partir de 6 août des transports de concentration amènent les mobilisés sur le front.En seize jours 4000 trains à une vitesse moyenne de 35 km/h vont emprunter 10 corridors ouest-est. Durant leur classe, les hommes ont été entraînés à embarquer, à arrimer leur paquetage, ils ont reçut des consignes : desserrer les lacets des brodequins pour éviter le gonflement des jambes, Lors des arrêts hormis pour les repas seuls sont autorisés à descendre, ceux « pressés de besoins urgents ».

C’est une liaison entre le front et l’arrière pour transporter les troupes, les animaux, les vivres et le matériel, le courrier, les colis…

Les permissionnaires, les trains  spéciaux sont lents soumis à des règles spécifiques de composition, de vitesse, de charge, de manœuvre. Ce sont souvent des trains de marchandises équipés ou pas de bancs de 1914 à 1916, leur nombre s’adaptait à la capacité ferroviaire. Fin 1916 mise en place de la charte du permissionnaire, les trains sont bondés, ils peuvent voyager  debout, dans des wagons sales et dégradés.

La sécurité des voyageurs n’est pas toujours assurée, plusieurs accidents dont le plus grave à ce jour ( 800 morts à Modane le 13/12/1917). La lenteur, le froid ou la chaleur, la promiscuité, la saleté, le manque d’un confort élémentaire rendent les voyages pénibles.

Les trains sanitaires

Permanents moins d’une dizaine, ils comportent 23 voitures dont 16 pour le transport des blessés ou des malades. Elles sont  aménagées, éclairées, chauffées. Les autres servent au transport du personnel médical, infirmières, brancardiers, cheminots et du matériel (pharmacie, pansements, lingerie, vivres, linge sale…)

Improvisés : voitures ou wagons aménagés temporairement avec du personnel médical, mais moins confortable  que les permanents.

Évacuations journalières par trains réguliers pour les blessés ou malades les moins graves, avec du personnel soignant.

Évacuations durant les périodes de combat soit par des trains réguliers ou complets.

Les voyages se font de jour, les nuits les trains stationnent dans des gares prévues à cet effet.

Les trains de réfugiés, de déplacés.

Les trains de marchandise, de matériel approvisionnent le front

wagon armisticeL’armistice est signé à Rethondes le 11 novembre 1918 dans un wagon restaurant aménagé d’un train d’état major.

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s