JOUAN et MARTIN

Depuis l’antiquité, les Landes sont sillonnées par des chars à bœufs, sur des chemins sablonneux, rectilignes, creusés d’ornières. Ils servaient à transporter des marchandises et parfois des passagers. En patois landais ils s’appelaient des « Kas » carrioles à 4 roues larges cerclées de fer, de grand diamètre et non directionnelles. Ils étaient tractés par une paire de très grands bœufs prénommés JOUAN à gauche et MARTIN à droite. Pour tourner à gauche le bouvier criait JOUAN et à droite MARTIN.  Quant l’un prenait sa retraite un nouveau JOUAN ou MARTIN prenait sa place. Ils étaient choyés, vivaient sous le même toit que le bouvier et sa famille. Ils étaient nourris de fourrage mêlé de son ( lou pachedeuy).

Pour un long voyage les kas se déplaçaient en convois. Les bouviers se prêtaient assistance, les enlisements, les attaques de brigands et de loups étaient fréquentes.

La nuit ils se rassemblaient près d’un point d’eau pour faire boire leurs bêtes. Ils formaient un cercle avec leurs chariots, et dormaient sous leurs kas.attelages

Après les kas, les bros sont apparus ils avaient 2 très grandes et larges roues, plus maniables. On les nommait des charrettes à sable. Au 19 ème siècle, des mules ont pris la place des bœufs mais les noms sont restés JOUAN à gauche et MARTIN à droite. Ces prénoms marquaient le respect de leur propriétaire.

 

Source : Bassin d’Arcachon, histoire locale, http://bassindarcachon.com/histoires_locales.aspx

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s