SOURGEN JEAN- ROGER

photo 1 

Né à Vielle-Saint-Giron le 17 juillet 1883, Jean-Roger Sourgen est décédé à Hossegor en 1978.

Rien ne semblait prédisposer le jeune Jean-René à devenir le  » peintre d’Hossegor et des Landes« .  Une enfance chaotique avec un père douanier volage,  l’oblige très jeune a travailler à Léon, pour venir en aide à sa famille. Il finit sa scolarité à 12 ans au Boucau, puis entreprend plusieurs apprentissages: menuisier-ébéniste, horloger, photographe…

A l’époque, il est connu comme chasseur, avec les gains de sa chasse il achète un vélo de course et devient champion de vitesse du Sud-Ouest en 1900. Marchand de cycles à Vieux Boucau, c’est là que l’abbé et poète V.Doussy le  marie en 19o8 avec « la plus jolie fille de Léon ». Ce dernier rencontré en 1904, lui permet de côtoyer un univers nouveaux, celui  du cercle des poètes de l’école de Léon: G.Dufau, Loys Labeque… et les peintres régionaux.

Le couple s’installe à Dax, Sourgen commence une carrière de photographe-éditeur de cartes postales. Il reproduit les tableaux de son ami dacquois Alex Lizal qui lui  fait connaître les grands peintres, les écoles et les mouvements modernes.  Curieux de tout, inventif, le futur peintre  accompagne ses clichés  d’extraits de poésies de G.Dufau et V.Doussy.

Réformé, au début de la grande guerre, il abandonne son commerce et revient à Léon pour se consacrer à la chasse qui le fait bien vivre et lui assure une grande liberté.

En 1915, il a l’opportunité d’aller au Maroc, c’est là qu’il commencera à peindre. Depuis sa rencontre avec l’abbé Doussy cette idée murissait en lui, la lumière marocaine sera un révélateur … A son retour, à Bayonne, il ne cessera de peindre et grâce à de nouvelles rencontres, il expose à Bordeaux, Bayonne, Biarritz…  L’année 1921 sera le point de départ de sa carrière de peintre. Ses tableaux  « l’étang de Moïsan » et « Effet de soir dans la lande »  exposés à Paris à la Société Nationale des Beaux Arts sont remarqués.

1925, marque un tournant dans la vie de J-R Sourgen, il s’ancre jusqu’à la fin de sa vie à Hossegor dans la  villa  construite par  son ami Godbarge, architecte de renom, avec au fronton sa devise: rêver, peindre, chasser.

Devenu au fil du temps une personalité incontournable de la nouvelle station balnéaire à la mode des années 1930, J-R Sourgen, grâce à son talent, parvient au statut élogieux de peintre d’Hossegor et  des Landes.

2 Ses thèmes favoris: La forêt, les étangs, les dunes.  

                 Photo 22                   3Photo 3

 

 

 

D’ autres sujets, le Pays Basque et le  Maroc font partis de son répertoire, il aborde également la peinture sur céramique.

Peintre de paysages, au style inclassable selon les critiques de l’époque, tour à tour classique, impressioniste, symboliste, décoratif, nabi, japonais…  c’est surtout la stylisation  et l’absence de détails superflus, le côté  « zen », qui est intéressant dans  son oeuvre .

Témoin  de son époque, Jean-Roger Sourgen  nous fait rêver des étangs  silencieux , de la lette sauvage et de la forêt qui sentait si bon la résine…

(1) Huile sur bois, collection particulière.

(2) ,(3) Huiles sur toiles, Tableaux  de la mairie de Soustons, Sourgen reçut  de nombreuses commandes pour  les mairies landaises.

 

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s