VIGNES Emile

photoEmile VIGNES est né à Castets en 1876 à la métairie de Cabillon.  Il fréquente  l’école du village jusqu’a 12 ans l’âge du  certificat d’étude, puis commence a travailler  comme résinier .

La guerre de 14-18 va bouleverser  l’ordre établi. Il est réformé car  jugé “ trop grand et trop maigre”.  Alors, en plus de son travail de résinier, il a l’idée de photographier les mères et les épouses des soldats désireuses d’envoyer des clichés à leurs parents  partis à la guerre.

Il commande un appareil  sur le catalogue de Saint -Etienne avec une boîte  de plaques 9×12 et le mode d’emploi. Au début ses photos ne sont pas trés bonnes… mais il persévère et commence à gagner un peu d’argent.

A vélo il  parcours la région pour photographier les mariages et les évènements de la vie familiale et villageoise ( fêtes locales, matchs, les pompiers les cliques ou les fanfares…)

Il achète de nouveaux appareils, connaît de nouvelles techniques  en particulier avec les forestiers américains venus à Castets exploiter le bois pour étayer les tranchées .

En 1919, il se marie s’installe à Castets  où il monte un labo photo et se lance dans la carte postale.

Après la seconde guerre, plus intéréssé par la photo, il arrète le métier de résinier pour se se consacrer entièrement  à son métier de photographe  à Castets .

Le photographe des Landes

ForetEmile Vignes va devenir au fil du temps le photographe des Landes non seulement pour les clichés des noces villageoises mais grâce surtout a son envie de fixer sur la pellicule les paysages landais qu’il affectionne particulièrement.1 photo

En 1916, sa première photo réussie  ramassage des foins qu’il conservera, possède déjà ce qui fera sa renommée : le paysage, les personnages et  le témoignage de la vie de son époque.

Maurice MARTIN et les poètes

Sa rencontre avec le poète Maurice Martin est importante. C’est lui qui  pousse E.Vignes  à exploiter ce désir  de paysages plus esthétiques  qu’il pressent en lui.

Le poète le fait participer aux événements artistiques et littéraires de la région  à titre de reporter photos peut on dire, lui fait connaître les poètes et les écrivains de l’école d’Hossegor et ceux de l’école de Léon .

La forêt, les étangs de Moliets, de Messanges, de Léon, sont  une mine de sujets pour ces amoureux d’une nature encore peu connue.

EXPOSITIONS ET ILLUSTRATIONS

De 1927 à 1935 les clichés d’Emile Vignes figurent en bonne place dans de nombreuses expositions nationales et internationales. Ses clichés seront distingués en France, Espagne, Pologne, Irlande, Suède.

bateauSa photo la plus célèbre celle du bateau échoué a Capbreton un soir de tempête Aprés la tempête sera éditée en 1929 dans le volume n°5 de “Pictorial Photography in América”.

Il agrémente de ses clichés nombre de revues et de recueils consacrés aux Landes parmi lesquels:

-En 1927 l’ouvrage “Nos Landes” de David Chabas.

-En 1929 le compte rendu de la descente du courant d’Huchet organisée par le Touring Club de France dans la revue “sites et monuments”. De nombreuses photos de Vignes paraitront dans cette revue du TCF.

-En 1932 le Sud Ouest économique illustre  un  article sur la Forêt de Gascogne avec  des images signées Vignes .

C’est avec la “Geographie des Landes” de A et M Richard (1936) qu’il atteint un public scolaire nouveau et la consécration.

Il participe à la vie associative locale  devient membre actif de la Société de Borda, correspondant de l’Académie des Sciences et Belles Lettres de Toulouse, membre de la commission départementale des sites et paysages des Landes (1947), de l’Union départementale des syndicats d’initiatives des Landes, chevalier des palmes académiques et enfin lauréat des Jeux Floraux de Contis.

CARTES POSTALES

En 1925 aidé par son ami le photographe F.Bernéde, celui ci en fin de carrière lui cède ses meilleurs plaques photographiques, E Vignes se lance dans la carte postale de paysages.  Il se diversifie fait faire des éditions à son nom  avec au verso des vers des poètes landais.carnet photos

Il devient correspondant du “Sud-Ouest” et de la “Nouvelle Republique”en 1948 dont il  assure la chronique locale.

Son intérêt ne faiblissait jamais  dés qu’il s’agissait de nouveautés que ce soit de nouvelles techniques agricoles et forestières ou le tourisme naissant.

Il fut  un remarquable témoin de son temps.

De la Gironde au Pays Basque il couvrait un vaste territoire, mais son sujet de prédilection reste les Landes sa forêt et ses lacs, la lumière mouvante qui joue entre les pins, l’immobilité des étangs, les ciels changeants, il traduit de manière innée dit il cette beauté cachée, un peu secrète, trés bien rendue par le noir et blanc auquel il sera fidèle toute sa carrière.

Sa  renommée de photographe dArt reste entière à notre époque.

En 1996, Monsieur Jacques Vignes son fils a fait don au Parc Naturel  Régional des Landes de Gascogne de l’oeuvre de son père (plaques de verre, négatifs, tirages photos,matériel de prises de vues et manuscrits).

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s