LA PELLAGRE évolution du traitement vers l’éradication

La pellagre, qui se présente en pandémie, est une maladie dont les symptômes sont de pellagre dessin.jpgtrois ordres :
1) digestifs :langue rouge vif , nausées , manque d’appétit , diarrhée chronique
2) atteinte cutanée se manifestant par des zones de peau rouge ,
augmentées par l’exposition au soleil ,évoluant vers une peau brune craquelée .
3) syndrome démentiel.
                          Les symptômes augmentent en hiver et diminuent au printemps , réapparaissent l’hiver suivant en s’aggravant . La mort intervient dans la plupart des cas au bout de quelques années .
                        Cette maladie est apparue dans les Landes aux alentours de 1817 , reconnue en 1836 . Elle sévit aussi en Gironde et dans les Hautes-Pyrénées (dans les vallées) . Hors de France , on la retrouve en Espagne et en Italie . Elle touche les plus pauvres et malheureux mais différemment selon les régions .
                      On essaye alors de déterminer les causes de la maladie. Plusieurs hypothèses : – pauvreté , misère , malpropreté
                       –  sœur de la lèpre

                      –  agent bactérien ou fongoïde
                   Le traitement consiste à l’époque en saignées, sangsues , antiphlogistiques qui ne mènent qu’à l’aggravation . L’hypothèse du caractère épidémique est vite abandonnée , celle de la lèpre également. Une polémique s’engage ; le Dr Costallat s’élève contre le traitement par les eaux sulfureuses prescrit par le Dr Depaul et il rédige un rapport sur son hypothèse qu’il défend bec et ongles ,persuadé que la maladie est déclenchée par l’absorption de maïs atteint de verdet, une infection
fongique . Il a remarqué que la pellagre est apparue avec la culture du maïs(avant panis et millet blanc) et il différencie la pellagre de l’ergotisme . L’ « épidémie »de 1857 coïncide avec une augmentation de la consommation de maïs l’hiver , plus de maïs de plus mauvaise qualité. Elle diminue au printemps avec l’augmentation de consommation de légumes, de lait, de graisses .Mais le maïs est indispensable contre la famine .

Le Dr Costallat préconise le traitement du maïs par :
-la suppression des grains atteints
-le chauffage des épis au four
-l’empêchement de l’importation et de la vente de maïs avarié
                                  On réalise au fur et à mesure des années qu’avec l’amélioration de la nutrition (apports de lait , vin , légumes) , la maladie s’améliore et même guérit .

CaptureCe n’est qu’au début du XXème siècle que l’on découvre la véritable cause de la pellagre : l’absence de vitamine B3 –la niacine-permettant l’assimilation du tryptophane (l’un des 9 acides aminés essentiels pour l’homme ) dans le maïs .
Bibl : Etude de la pellagre dans les Landes, Wikipedia

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s