Mandrin : Les Fermiers Généraux et la Ferme

logo mandrin finalEn 1681, Colbert, ministre de Louis XIV regroupa les « Fermiers » dans une Ferme générale.

 Jean Baptiste Colbert.1

Sous l’ancien régime, la royauté affermait par appel d’offres la collecte des taxes et des impôts indirects (sel, tabac…) à des financiers. Ces derniers détenaient aussi le droit de poursuivre eux-mêmes les contrebandiers.

La Ferme avait son siège à Paris où elle employait dans ses bureaux près de 700 personnes. La direction de la compagnie était assurée par les Fermiers Généraux assistés de 42 directions provinciales.

Les employés de la Ferme n’étaient pas des fonctionnaires royaux, mais agissaient au nom du roi.  Dépeints comme des rapaces et des tyrans, les fermiers généraux étaient haïs dans tout le royaume.  Cette institution fut la cible principale de Louis Mandrin tout au long de ses campagnes.

Caricature d’un Fermier Général au XVIIIème siècle.2

Le cahier des doléances de Messanges se fait l’écho en 1789 de cette haine de la population envers tout ce qui touchait à la Ferme. Dans les villages ce sont ses nombreux employés qui étaient détestés et enviés à la fois : « …les artisans désertent les ateliers, les laboureurs quittent la charrue pour solliciter des emplois dans les Fermes……ils sont bien payés, bien protégés pour ne rien faire…..lorsque le peuple voyait passer les employés, il était rare qu’il ne les accompagnât à coup de sifflets….

 à bas les impôts.3

Alors pour se venger, les employés de la Ferme jouaient aux petits chefs et cela finissait très mal comme à Soustons le 1er mai 1785 : « … ils furent (les employés) un jour de dimanche de se ranger en bataille sur la place qui est devant l’église de Soustons , au moment où le peuple sortait des vêpres. Au premier coup de sifflet (des Soustonnais), ils tirèrent sur le massif du peuple : des femmes grosses, des pères de famille honnêtes et tranquilles, furent tués, d’autres grièvement blessés… »

On déplora sept morts, ces employés furent condamnés par la cour des aides de Bordeaux à la peine de mort, mais l’exécution fut seulement faite par effigie…

La Révolution qui s’annonçait mit fin aux abus de la Ferme, cette institution royale fut abolie et remplacée par les douanes.4                                      

Sources: Cahier des doléances de Messanges ; Le dictionnaire de l’Histoire-Ferme générale- Herodote.net;  fiscafrance.free.fr/ferme générale; Wikipédia:  Soustons, chroniques d’histoire locale, Charles Lafargue.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s