Mandrin : Les Grottes

Il existe plusieurs grottes dite » Grotte de Mandrin » mais lui ont-elles servi de repère, d’abris de cache pour son éventuel trésor ? Aucun élément historique ne le confirme. L’imagination populaire en fit des lieux fréquentés par Mandrin et sa troupe. La grotte de la Balme où il aurait confectionné de la fausse monnaie et où il…

Mandrin: les ventes

  Fidèle à sa devise : « S’enrichir en faisant plaisir au public », Mandrin parcourt librement les bourgs du Dauphiné et écoule ouvertement sa marchandise de contrebande. Il propose des soieries, des cotonnades à bas prix mais aussi du tabac celui de première qualité vendu 5 francs par les buralistes des fermes l’était 50 sous par ses compagnons…

Mandrin : Dons

Mandrin était proche de la population et n’hésitait pas à réparer les exactions commises par ses hommes. A Beaune en décembre 1754, il fait remettre une somme importante à une vieille dame se plaignant d’avoir été pillé ainsi qu’à un marchand de poudre à feu. Le 25 mars au château de Bournazel ,il est reçu…

Mandrin: Kidnapping

Peut-on accuser Mandrin et sa bande de kidnapping, de prise d’otage, ou d’enlever des notables et de les garder en caution ou gage ? le scénario se répète. Mandrin et ses hommes se rendent chez un notable (directeur de la ferme, entreposeur de tabac…) du lieu, où souvent il ne restait que l’épouse ou la fille pour…

Mandrin : la Quatrième campagne ( 1754)

Le 5 janvier 1754, la carrière de Louis Mandrin débute véritablement. Il fera six campagnes éclairs entre 1754 et  1755. Rappel des premières campagnes:                                                                                         C’est au cours de sa première campagne (5 janvier 1754 – 8 avril 1754), le sept janvier, qu’avec une douzaine  d’hommes, Mandrin  met en fuite à Curzon près de Romans…

Mandrin : L’ organisation de sa « bande »

Comme les flibustiers de Nouveau Monde, les contrebandiers se divisaient en : * Le Capitaine élu au début de chaque campagne par les chefs, mais dès que mandrin il fut le « capitaine général des contrebandiers ». Il avait une autorité absolue, décidait du plan de campagne, de la marche à suivre, il ne communiquait pas ses plans…

Mandrin : Rixe de 1753

                                                      maison de Mandrin Suite au décès de son père le 20 janvier 1742, L.Mandrin devient à 17 ans chef de famille, à la tête d’un commerce et d’une…

Mandrin : La Savoie ,son refuge

  A l’époque du début des campagnes de Louis MANDRIN en 1754, la SAVOIE n’est pas française. Elle fait partie du duché de Savoie depuis le XV ème siècle.                                             Le château de Rochefort-en-Novalaise….

Mandrin : Les Contrebandiers de Messanges.

   Quel  dommage que Louis Mandrin le plus célèbre contrebandier du XVIIIème siècle, ne soit jamais passé par les prisons de Dax pour délivrer quelques pauvres habitants de Messanges  injustement accusés de contrebande!!  Seulement voilà, Mandrin était mort depuis longtemps lorsque cet incident survint. Voici leur histoire rapportée par le cahier des doléances de  Messanges….

Mandrin : Les Fermiers Généraux et la Ferme

En 1681, Colbert, ministre de Louis XIV regroupa les « Fermiers » dans une Ferme générale.  Jean Baptiste Colbert. Sous l’ancien régime, la royauté affermait par appel d’offres la collecte des taxes et des impôts indirects (sel, tabac…) à des financiers. Ces derniers détenaient aussi le droit de poursuivre eux-mêmes les contrebandiers. La Ferme avait son siège…

Mandrin : Son univers

                      Né dans une famille riche dont il est l’aîné, d’un père marchand, peu honnête, alcoolique et violent ,Louis Mandrin se révèle très jeune turbulent, vif, bagarreur , tricheur ,mauvais joueur . Il était très fort et en usait, obligeant par exemple les autres enfants à prendre du tabac. Malin, il volait leurs boutons de…

Mandrin : Ses Yeux et son physique

Faire un portrait de Mandrin, n’est pas chose aisée, tant sur certains points les témoignages divergent: Les yeux. » Il semble que le soleil eut contribué à la couleur de ses yeux, d’un roux clair et comme les prunelles étaient comme semées de sable d’or » (1) pour d’autres « d’admirables yeux bleus voilés de cils noirs » (2)…